Conférence gesticulée de Francoise Ancquetil

Toute petite, je suis tombée dans «une cour» d’école comme Obélix dans la marmite et n’ai jamais quitté l’école. J’y ai grandi, j’ai enseigné 37 ans en maternelle, je suis devenue directrice. Et j’ai vu des gros mots pénétrer cet univers auquel je suis profondément attachée : compétences, évaluations, résultats, performance…
L’école serait-elle pensée comme n’importe quel type d’organisation productive ? L’école deviendrait-elle indifférente aux différences ?
L’école joue-t-elle encore son rôle d’émancipation par les connaissances et les savoirs, ou formate-t-elle des salariés flexibles et adaptables à souhait pour le monde professionnel ?
Verrai-je bientôt sur le fronton de l’école de la République, héritage de mes parents, les mots « Libéralisme, inégalité, flexibilité » remplacer ceux de « Liberté, égalité, fraternité » ?

L’école est elle vraiment finie ? Et si l’on disait « Non ! »…..